Quelques minutes après minuit (J.A. Bayona, 2017) ★★★½ : Du rêve à la réalité

Les contes pour enfant sont légion. Mondes imaginaires, créatures fantastiques, histoires légendaires… La conscience d’un enfant est toujours source d’une imagination profuse. Mais tout cela trouve un certain lien avec la réalité, une réalité qui peut être bien moins heureuse et enjouée, comme le montre Quelques minutes après minuit.


Fiche du film

Affiche de Quelques minutes après minuit (2017)
Affiche de Quelques minutes après minuit (2017)
  • Genre : Drame, Fantastique
  • Réalisateur : Juan Antonio Bayona
  • Distribution : Lewis MacDougall, Sigourney Weaver, Felicity Jones, Liam Neeson
  • Année de sortie : 2017
  • Synopsis : Conor a de plus en plus de difficultés à faire face à la maladie de sa mère, à l’intimidation de ses camarades et à la fermeté de sa grand-mère. Chaque nuit, pour fuir son quotidien, il s’échappe dans un monde imaginaire peuplé de créatures extraordinaires. Mais c’est pourtant là qu’il va apprendre le courage, la valeur du chagrin et surtout affronter la vérité… (SensCritique)

Critique et Analyse

Quelques minutes après minuit (2017)
Quelques minutes après minuit (2017)

Trop jeune pour être un adulte, trop vieux pour être un enfant. Dès les premières phrases d’introduction débitées par la voix déformée et caverneuse de Liam Neeson, qui va incarner le monstre qui accompagne Conor, l’ambiguïté qui va être au cœur du récit est installée. Conor est vite montré comme un enfant seul et assez malheureux. Sa mère est atteinte d’une grave maladie, son père a déménagé aux Etats-Unis, sa grand mère est autoritaire et dure et, à l’école, il est souvent dans la Lune et malmené par des camarades mal intentionnés. Tout n’est, ici, que grisaille et infortune, dans un monde qui semble impitoyable envers Conor.

« Quelques minutes après minuit vient mélanger l’imaginaire et la réalité, pour mettre des mots ou des images sur des choses parfois tues et ignorées, mettant en lumière la complexité de la nature humaine, où il ne s’agit pas juste de Bien et de Mal. »

Dès lors, Quelques minutes après minuit pourrait développer un récit cherchant la résolution, un dénouement heureux, pour que le conte de fées prenne le pas sur la dureté de la vie. Mais ce ne sera pas le cas. Ici, l’objectif est, avant tout, d’illustrer tous les tourments qui accablent Conor, tous les mécanismes de défense qu’il met, volontairement ou non, en place, pour affronter la situation. Simplement, la réelle complexité réside dans le fait qu’il n’est pas conscient de la nature du mal qui le tourmente, qu’il ne sait pas l’identifier, et qu’il existe, au fond, une vérité qu’il ne peut ou qu’il veut voir. Alors, Quelques minutes après minuit vient mélanger l’imaginaire et la réalité, pour mettre des mots ou des images sur des choses parfois tues et ignorées, mettant en lumière la complexité de la nature humaine, où il ne s’agit pas juste de Bien et de Mal.

Quelques minutes après minuit (2017)
Quelques minutes après minuit (2017)

En réalité, sans même que le monstre n’apparaisse, le monde est déjà à l’image de l’état dans lequel se trouve la conscience de Conor. Le temps est toujours maussade, le monde est cruel envers lui, il fait de sa grand mère une figure inflexible et inquiétante… Il y a une éternelle projection de ses tourments sur le monde qui l’entoure. C’est ainsi que le film invoque, à l’instar du roman dont il est inspiré, l’imaginaire, pour illustrer de manière plus frontale les raisons pour lesquelles Conor agit ainsi, pourquoi le monde et les humains sont ainsi, pour qu’il puisse enfin faire face à la réalité. L’imaginaire n’est donc pas un refuge, ni un exutoire, c’est une extension de la réalité, qui en illustre les vérités. Et cet imaginaire, souvent sublime avec ce design en aquarelles, ces couleurs et ces lumières, vient alors apporter les réponses que la réalité ne fait que cacher.

Si le film peut paraître assez ludique dans sa démarche, il n’est jamais enfantin. Deuil, souffrance, solitude, Quelques minutes après minuit est un film dur et triste, mais qui réussit à ne jamais être trop larmoyant. Intelligent dans son message et dans sa façon de l’adresser, il réussit à être pertinent sur le fond et particulièrement beau sur la forme. Un conte pour les grands plus que pour les petits, mais à la portée définitivement universelle.


Note et avis

3.5/5

Quelques minutes après minuit est un beau conte plein de douleur, qui a pour principal mérite d’aborder la nature humaine sans manichéisme, en mettant en lumière sa complexité à travers des légendes et l’imagination. Un film émouvant avec de belles envolées visuelles.

Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Une pensée sur “Quelques minutes après minuit (J.A. Bayona, 2017) ★★★½ : Du rêve à la réalité

  • 15 décembre 2019 à 10 h 46 min
    Permalink

    Quelques Minutes Après Minuit a l’une de mes bandes-annonces favorites, j’ai dû la regarder plusieurs dizaines de fois !
    Quel film formidable, toujours d’une immense justesse émotionnelle ; c’est d’ailleurs ce qui m’a définitivement fait adorer Bayona après The Impossible, confirmant pour moi qu’il est aujourd’hui le plus grand héritier de Spielberg avec ses contes multigénérationnels et son imaginaire émotionnel et tourné vers l’enfance.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :