Dracula Untold, Gary Shore, 2014 : Laissez-vous tenter par le côté obscur

Affiche de Dracula Untold (2014)
Affiche de Dracula Untold (2014)

Je n’avais pas beaucoup entendu parler de ce film en amont. Du coup je n’ai pas vu la bande-annonce et je n’ai pu que constater que bien nombreux étaient ceux n’ayant pas été séduits par ce film. C’est donc dans toute ma méconnaissance de la culture Dracula, n’ayant notamment pas vu les précédentes adaptations cinématographiques du mythe, que je me suis attaqué à celle-ci.

Luke Evans dans Dracula Untold (2014)
Luke Evans dans Dracula Untold (2014)

M’attendant à un bon divertissement fantastique sur les vampires, mon référent était ici Van Helsing (avec Hugh Jackman, film que j’ai beaucoup aimé et que j’aime toujours encore d’ailleurs). L’objectif est ici de raconter la genèse de Dracula, également connu sous le nom de Vlad l’Empaleur, prince de Transylvanie. Sans chercher à pousser dans le déballage du synopsis, et n’ayant pas connaissance de la « vraie » histoire, je me suis laissé porter par celle que raconte ce film. Et je dois dire que j’ai aimé ! M’est avis que les critiques négatives sont généralement dues à une comparaison avec les autres adaptations (cinématographiques mais également les livres), et que donc mon « innocence » me permet d’apprécier ce film sans le moindre a priori.

Je dois dire que l’acteur choisi comme protagoniste me plait bien, qu’on a un bon équilibre en chichis et scènes de baston, et qu’on a au final un divertissement efficace, avec de belles images et du spectacle. Mes yeux innocents ont donc été séduits ! La fin laisse d’ailleurs présager une suite et j’espère vivement qu’il y en aura une. Sans être exceptionnel, ce Dracula Untold reste un bon divertissement fantastique qui tient la route.

Note : 7/10.

Bande-annonce de Dracula Untold

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :