Cinexpress #34 – Watchmen : Les Gardiens (2009)

Après avoir crevé l’écran avec son très visuel 300 (2007), Zack Snyder s’attaque à l’adaptation de la série de comics Watchmen : Les Gardiens, à une époque où les super-héros commençaient à peine à conquérir Hollywood, notamment grâce à Iron Man. Considéré comme étant un des meilleurs films de super-héros qui soit, il semblait tout à fait judicieux de s’y intéresser, surtout à notre époque, où ils sont à peu près partout.

clapperboard

Affiche de Watchmen : Les Gardiens (2009)
Affiche de Watchmen : Les Gardiens (2009)

  • Genre : Action, Science-Fiction
  • Réalisateur : Zack Snyder
  • Année de sortie : 2009
  • Casting : Malin Akerman, Billy Crudup, Matthew Goode, Jeffrey Dean Morgan
  • Synopsis : Lorsque l’un de ses anciens collègues est assassiné, Rorschach découvre un complot qui menace de tuer tous les super-héros du passé et du présent… (senscritique.com)

clapperboard

Billy Crudup dans Watchmen : Les Gardiens (2009)
Billy Crudup dans Watchmen : Les Gardiens (2009)

Watchmen : Les Gardiens est, de base, une série qui s’affranchit de toute affiliation à DC et Marvel, empêchant toute appropriation et prise de parti. Après une décennie difficile où la plupart des films de super-héros se sont cassé la figure, et avant leur grand retour avec l’inarrêtable cycle Marvel, Watchmen : Les Gardiens demeurait pour moi une énigme. J’ai d’ailleurs choisi de le découvrir directement en version Ultimate Cut, laquelle dure 3h35, donc autant dire que la prise de risque était maximale, mais j’avais tout de même un bon pressentiment. Et il s’est vérifié. L’intérêt de la série de base, et donc du film, qui en est une adaptation directe, n’est pas de parler de super-héros aux pouvoirs surnaturels (sauf du Dr Manhattan qui fait ici exception et justifie l’aura des Watchmen), mais bien de justiciers masqués, de personnes normales, qui ont décidé de combattre le crime et d’endosser le rôle de héros de l’Amérique.

Ces héros d’apparence, leur passé, leurs motivations, vont être sondés tout au long du film, tour à tour, permettant au spectateur de se familiariser avec chacun d’entre eux, de leur donner de la profondeur et de faire avancer l’intrigue principale. Ces personnes anonymes ont été élevées au rang de stars, traquant les criminels, mais elles-mêmes traquées par ces derniers. Impliqués dans les grands événements de l’Histoire, leur influence est immense, mais ils restent avant tout des humains. Au crépuscule d’un monde, à l’orée de l’apocalypse, ils deviennent des parias, les travers de leur passé resurgissent, les tensions montent, leurs points faibles s’exposent.

Jackie Earle Haley dans Watchmen : Les Gardiens (2009)
Jackie Earle Haley dans Watchmen : Les Gardiens (2009)

A la croisée du film noir (enquête de Rorschach dans les bas-fonds de New York avec une voix off en fond) et de la science-fiction (uchronie dans un univers parallèle), Watchmen : Les Gardiens reste tout de même un film très vrai sur les thèmes du rejet, de l’abandon, de la trahison et de la vengeance. Grâce à son univers visuel très affirmé (une marque de fabrique de Snyder), il donne lieu à des très beaux plans et passages, notamment l’histoire de Rorschach, et celle du Dr Manhattan, sublimée par l’emprunt de morceaux à la superbe BO de Koyaanisqatsi. Il est difficile de cerner tout ce que Watchmen : Les Gardiens veut dire et faire, mais Geoff Boucher, du LA Times, résume bien ma pensée en le définissant comme étant « le popcorn movie le plus audacieux jamais réalisé ».

Long, variant les styles, divisé en plusieurs histoires, plein d’idées intéressantes, Watchmen : Les Gardiens est justement tout ce qu’il y a d’un popcorn movie, mais un bon. Avec une vraie histoire et des personnages intéressants, il touche directement le spectateur, qui se sent concerné par le destin de chacun. Mes bons pressentiments ont été confirmés, et même si un seul film paraissait peut-être trop peu étant donné toute la profondeur de l’histoire et ses potentialités, il parvient à atteindre son but, et à faire du spectacle, mais du spectacle intelligent. Visuellement très beau, accompagné d’une superbe BO, je vous le recommande vivement.

Note : 8/10.

Bande-annonce de Watchmen : Les Gardiens

Laisser un commentaire