The Quiet Ones, John Pogue, 2013 : Esprits frappeurs

Affiche de The Quiet Ones (2014)
Affiche de The Quiet Ones (2014)

Cette histoire d’esprits nous rappelle un tantinet le mode de narration de Paranormal Activity, dans le sens où l’un des protagonistes nous fait voir certaines scènes à travers sa caméra, mais la comparaison s’arrête là. Le film nous plonge dans une expérience visant à mettre au jour un poltergeist, quelque part vers Oxford au début des années 1970.

The Quiet Ones (2014)
The Quiet Ones (2014)

Si le rythme de départ est relativement lent et nous fait difficilement comprendre où l’histoire va nous mener, celui-ci s’accélère et les zones d’ombres s’éclaircissent, nous évitant une fin en queue de poisson qui nous laisserait dans l’incompréhension totale. Le schéma s’avère finalement relativement classique, mais tout s’agence bien, le rythme est bon, et le film s’avère correct.

Note : 5/10.

Bande-annonce de The Quiet Ones

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :