Taste of Fear (Seth Holt, 1961) – Critique & Analyse

Vampires, créatures monstrueuses, envahisseurs venus de l’espace… La Hammer a donné vie à bien des univers fantastiques pour faire vibrer les spectateurs. Mais il ne s’est pas toujours agi de raconter d’étranges contes, comme d’autres films tels que Taste of Fear l’attestent. 


Fiche du film

Affiche de Taste of Fear (1961)
Affiche de Taste of Fear (1961)
  • Genre : Horreur, Thriller
  • Réalisateur(s) : Seth Holt
  • Distribution : Susan Strasberg, Ronald Lewis, Ann Todd, Christopher Lee
  • Année de sortie : 1961
  • Synopsis : Une jeune femme paralysée rejoint sur la Côte d’Azur son père qu’elle n’a pas vu depuis dix ans. Hébergée par Jane sa belle-mère, Penny croit voir a plusieurs reprises le cadavre de son père. (SensCritique)

Critique et Analyse

Susan Strasberg dans Taste of Fear (1961)
Susan Strasberg dans Taste of Fear (1961)

Une ouverture sur la découverte d’un cadavre d’une jeune femme dans un lac, puis l’arrivée d’une autre jeune femme à l’aéroport avant de rejoindre une belle demeure au Sud de la France pour des retrouvailles familiales. A moins qu’il ne s’agisse de la même ? Faute d’avoir vu le visage de la première, le spectateur est en mesure de se demander si Taste of Fear ne s’ouvre pas sur une tragédie pour nous en raconter la genèse. Et tout semble aller en ce sens, lorsque Penny se retrouve chez sa belle-mère, pendant que son père, qu’elle souhaitait retrouver après des années, s’est absenté. Cependant, beaucoup de choses surprenantes et incohérentes vont commencer à se dérouler, au risque de faire sombrer Penny dans la folie.

« Taste of Fear joue avec notre perception de la réalité, convainquant presque son héroïne qu’elle devient folle, développant cette atmosphère paranoïaque propice à l’installation de cette intrigue riche en rebondissements. »

Les étranges apparitions auxquelles Penny va se confronter posent la question du point de vue : est-ce qu’elles résultent de l’imagination de Penny, ou sont-elles vraies ? En adoptant une posture relativement paternaliste vis-à-vis de Penny, les personnages de la belle-mère, du docteur Pierre Gerrard, et du chauffeur Robert, accroissent cette sensation de doute par rapport à ce qui se déroule devant nos yeux, et surtout par rapport à la véracité de ces événements. Taste of Fear joue avec notre perception de la réalité, convainquant presque son héroïne qu’elle devient folle, développant cette atmosphère paranoïaque propice à l’installation de cette intrigue riche en rebondissements.

Taste of Fear (1961)
Taste of Fear (1961)

En effet, Taste of Fear a tout du film à suspense par excellence, nous menant sur des pistes ou vers des indices toujours trompeurs, distrayant notre attention pour mieux nous cueillir au bon moment. Le spectateur sera naturellement mené à douter de chaque personnage mais, pourtant, les pistes seront suffisamment brouillées pour éviter de distinguer la vérité avant la grande révélation. C’est une affaire d’écriture, mais aussi de cinéma en général, car ce film plaît certes pour son suspense, mais il plaît également pour sa réalisation soignée, avec ces jeux de lumière toujours bien gérés, sublimant ce noir et blanc qui fait parler les visages et les décors sans avoir besoin de dialogues.

On a, quelque part, la sensation de voir un film aux accents hitchcockiens avec Taste of Fear, par rapport aux décors, à la structure du récit, à la réalisation ou encore aux personnages que l’on rencontre au fil de l’histoire. Certes, Seth Holt n’est pas Alfred Hitchcock, mais il réalise ici un film de très bonne facture, qui sait tenir son spectateur en haleine au maximum jusqu’à le cueillir à la fin. Bien sûr, il ne s’agira pas d’en dire plus pour ne pas gâcher la surprise, et si le spoiler ne doit pas être une condition ferme pour apprécier un film, celui-ci s’apprécie tout de même bien plus lorsque l’on s’y plonge en toute innocence. Voilà donc un film peu connu, mais si vous aimez le suspense, vous aurez votre compte avec Taste of Fear.

Note et avis

En résumé

Production Hammer aux accents hitchcockiens, laissant vampires et monstres pour un suspense tout aussi viscéral, Taste of Fear tourmente son héroïne et le spectateur dans une intrigue pleine de mystères et ne manquant pas de rebondissements. Le tout avec une très belle photo !

Overall
7.5/10
7.5/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :