Oculus, Mike Flanagan, 2013 : Vrai ? Faux ? Je ne le sais pas.

Affiche d'Oculus (2013)
Affiche d’Oculus (2013)

Quand j’ai vu « WWE Studios« , j’attendais une Série B, et espérais aussi la présence d’un des catcheurs de la fédération dans un nouveau film produit par celle-ci. Mais bon, pas de catcheur. Qu’à cela ne tienne ! L’histoire tourne autour d’un vieux miroir maudit qui a causé la mort de tous ses propriétaires et/ou de leurs proches, dans des circonstances toutes plus bizarres les unes que les autres.

Affiche d'Oculus (2013)
Affiche d’Oculus (2013)

Les deux protagonistes sont les enfants d’un couple qui a emménagé dans une maison de campagne, et devenu propriétaire du fameux miroir. Si au début tout va bien, les évènements finissent vite par prendre une mauvaise tournure et causer de véritables drames. Le film joue sur notre perception de ce qui est vrai et faux, en mélangeant flashbacks avec scènes actuelles, illusions avec réalité, ce qui nous met dans une véritable déroute, à l’instar des deux protagonistes.

On obtient ainsi avec Oculus un bon petit film d’épouvante, agrémenté de fantastique, en somme, c’est efficace !

Note : 6,5/10.

Bande-annonce d’Oculus

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :