Le Convoi de la peur (William Friedkin, 1977)

Au fin fond de la jungle se déroule une aventure hors du commun. Soumis aux lois de la nature, Le Convoi de la peur avance. Sorcerer, de son nom en version originale, propose une nouvelle adaptation du roman de Georges Arnaud, après celle, déjà très célèbre, réalisée par Henri-Georges Clouzot, Le Salaire de la peur. Friedkin vient marcher sur les pas du maître, mais il est hors de question de parler de remake.


Fiche du film

Affiche du Convoi de la peur (1977)
Affiche du Convoi de la peur (1977)
  • Genre : Action, Aventure, Drame
  • Réalisateur(s) : William Friedkin
  • Distribution : Roy Scheider, Bruno Cremer, Francisco Rabal
  • Année de sortie : 1977
  • Synopsis : Trois hommes sont amenés à fuir leur pays pour des motifs divers. Manzon, banquier à Paris, risque la prison pour cause de spéculation. Scanlon, minable escroc new-yorkais, est recherché par des truands, la police est aux trousses de Kassem, terroriste arabe. On les retrouve tous les trois gagnant péniblement leur vie en travaillant comme ouvriers dans une raffinerie de pétrole au fin fond de l’Amérique du Sud. Repaire des damnés de la terre, le petit village où ils vivent est un insalubre et sordide bidonville. Ils ne tardent pas à vouloir quitter cet enfer. Mais une importante somme d’argent, qu’ils ne possèdent naturellement pas, leur est nécessaire pour y parvenir… (SensCritique)

Critique et Analyse

Le Convoi de la peur (1977)
Le Convoi de la peur (1977)

Friedkin exploite le même matériau de base que Clouzot, suivant forcément une trame similaire, mais il se désolidarise rapidement de l’oeuvre de son maître et prédécesseur. Là où les protagonistes du Salaire de la peur se rencontraient dès le début du film dans un village perdu dans le désert, Friedkin offre à ses héros une introduction. Chacun nous est présenté, faisant démarrer le film à partir de quatre sortes de prologues qui, a priori, n’ont pas grand chose à voir entre eux. Cependant, le destin que chacun rencontre vise principalement à justifier la présence de chaque personnage au milieu de la jungle. De même, quand Clouzot faisait évoluer son intrigue dans des paysages désertiques et désolés, Friedkin opte pour la jungle luxuriante et humide. Un grand point commun, cependant : un irrépressible sentiment d’étouffement.

« Dans ce Convoi de la peur, l’enfer est vert et humide, traçant ses chemins dans une jungle luxuriante et écrasante, faisant s’enfoncer les aventuriers opportunistes toujours plus profondément dans la terreur et la folie. »

A la source d’un profit aux perspectives incommensurable se trouve une fourmilière d’hommes et de femmes désœuvrés tentant de survivre dans un milieu hostile. La sueur dégouline sur les visages et les vêtements. Il n’y a plus de banquier, de terroriste, d’escroc, juste des hommes acculés qui se sont retrouvés dans un enfer vert dont ils sont désormais prisonniers. Leur seule échappatoire réside dans une véritable mission suicide, promesse d’une récompense conséquente, et possibilité de s’échapper de ce trou. Quatre hommes doivent faire équipe pour mener à bien la mission, mais à force d’avoir vécu comme des chiens errants, ils ont développé un instinct de préservation qui les mène surtout à penser à eux-même d’abord. Dans ce Convoi de la peur, l’enfer est vert et humide, traçant ses chemins dans une jungle luxuriante et écrasante, faisant s’enfoncer les aventuriers opportunistes toujours plus profondément dans la terreur et la folie.

Roy Scheider dans Le Convoi de la peur (1977)
Roy Scheider dans Le Convoi de la peur (1977)

Friedkin n’a rien à envier à Clouzot dans sa gestion du suspense, qu’il parvient à créer avec intelligence et réussite. Et même si le spectateur qui a déjà vu Le Salaire de la peur auparavant anticipera forcément certains dénouements et points d’intérêts, il ne demeurera pas en reste. Car, comment oublier, pour ne citer qu’elle, l’incroyable scène du passage du pont en camion ? Extraordinaire par son ampleur et la tension qu’elle dégage, elle symbolise à elle seule la folle ambition dont a fait preuve William Friedkin avec ce Convoi de la peur, et le fragile équilibre qu’il a fallu maintenir pour que ce film puisse trouver le chemin des salles. Plus l’intrigue avance, plus elle pousse les personnages dans leurs retranchements, à l’image d’une autre scène remarquable, où Scanlon se met à divaguer dans un paysage baignant dans un bleu nocturne, son visage apparaissant en surimpression sur l’écran, comme dans un lointain film expressionniste. Après avoir toujours flirté avec la folie et l’intangible, le film opère une bascule claire et définitive vers l’onirisme, déjà bien présent tout au long du métrage, et prend définitivement le pas pour souligner le caractère profondément irrationnel de la nature humaine.

Retour à l’état sauvage, aventure périlleuse et suicidaire dans un enfer vert, film-monstre à la production chaotique, Le Convoi de la peur marque les esprits. Dépourvu des stars initialement prévues à l’affiche (Steve McQueen, Marcello Mastroianni, Lino Ventura), véritable échec financier à sa sortie, la faute, très certainement, à la sortie du premier Star Wars une semaine auparavant, le film de William Friedkin a su, comme un certain nombre d’œuvres que l’on pourrait qualifier de « maudites », s’imposer comme un vrai incontournable. Un statut mérité, tant ce voyage haletant aux confins du monde et de l’humanité vaut le détour.

En résumé

Note et avis

Véritable plongée dans un enfer vert où dégouline la sueur et la nitroglycérine, Sorcerer pousse les Hommes dans leurs ultimes retranchements, dans un chaos à l’orée de l’irréalité. La séquence du passage du pont est inoubliable.

Note
8/10
8/10

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :