Des romances, il en existe depuis la nuit des temps. Sur les peintures, les sculptures, dans la musique, les livres, mais aussi au cinéma. On a tous en tête des films qui nous arrachent la larme à l’œil, qui arrivent à faire craquer ceux qui estiment être les plus endurcis. Les romances n’ont pas vocation à être superficielles, il y a toujours un message derrière. Et cela, Frank Borzage l’avait très bien compris. Je connaissais déjà son Lucky Star, mais pas encore l’un de ses films les plus estimés, L’Heure suprême.


Fiche du film

Affiche de L'Heure suprême (1927)

Affiche de L’Heure suprême (1927)

  • Genre : Drame, Romance
  • Réalisateur : Frank Borzage
  • Année de sortie : 1927
  • Casting : Janet Gaynor, Charles Farrell, Albert Gran, David Butler
  • Synopsis : Diane vit avec sa soeur aînée tyrannique et alcoolique. Mais elle va rencontrer le bonheur avec Chico. La 1ère Guerre Mondiale va gâcher leur amour. (senscritique.com)

Critique et Analyse

L'Heure suprême (1927)

L’Heure suprême (1927)

Dans la crasse des égouts, dans les taudis délabrés oubliés de la Belle Epoque, à l’orée de l’horreur, des destins s’apprêtent à se mêler pour envoyer un puissant message d’espoir pour le salut de l’humanité. C’est souvent pour nous toucher au cœur que les romances existent, mais L’Heure suprême parvient à se détacher grâce à son intrigue et à sa symbolique pour faire encore mieux et encore plus. Tout y est : l’optimisme comme arme face aux épreuves de la vie, l’amour comme moteur, et l’horreur et la honte de la guerre.

« Ce n’est pas juste une jolie amourette, c’est une vraie fable optimiste et un plaidoyer contre la guerre mais, surtout, un appel du cœur pour montrer que l’humanité triomphera toujours, même après avoir creusé sa propre tombe et s’y être enterrée. »

Il n’y a vraiment que le cinéma muet qui puisse aussi bien transmettre des messages universels et humains de cette manière et avec autant d’intensité et de sincérité. Ce n’est pas juste une jolie amourette, c’est une vraie fable optimiste et un plaidoyer contre la guerre mais, surtout, un appel du cœur pour montrer que l’humanité triomphera toujours, même après avoir creusé sa propre tombe et s’y être enterrée. Avec cette éternelle symbolique de l’ascension, la montée des étages, le regard vers le haut, le passage des égouts, à la rue puis aux toits… 7th Heaven porte bien son nom, les regards sont braqués vers les étoiles pour nous élever vers quelque chose de meilleur.

Janet Gaynor et Charles Farrell dans L'Heure suprême (1927)

Janet Gaynor et Charles Farrell dans L’Heure suprême (1927)

Pas besoin de voix, les visages suffisent à véhiculer toute cette émotion. L’alchimie parfaite entre Janet Gaynor et Charles Farrell en fait un des couples les plus mythiques de l’histoire du cinéma. Ils franchissent les barrières du temps pour porter à eux deux cette fable universelle et magnifique. Janet Gaynor figure parmi ces beautés éternelles, à la douceur communicatrice. Ici, elle tient certainement l’un de ses plus grands rôles, qui lui vaudra, pour la petite histoire, le premier Oscar de l’histoire en tant que meilleure actrice.

Le cinéma d’antan n’aura de cesse de surprendre et regorge définitivement de chefs d’oeuvre intemporels. Parmi ceux-ci figure sans aucun doute L’Heure suprême, un film à la beauté indiscutable, à la poésie émouvante, et au discours universel et humaniste. Borzage livre un film abouti, touchant de sincérité, parfaitement maîtrisé du point de vue de la réalisation, avec ses influences expressionnistes et ses jeux de lumière qui donnent au film un aspect très féerique. Un très beau moment de cinéma que je ne peux que vous inviter à vivre à votre tour.


Note et avis

4.5/5

L’Heure suprême est une magnifique fable romantique et humaniste, où la romance se transcende pour livrer un message universel et résolument optimiste, qui résonne encore aujourd’hui.