Cinexpress #121 – Star Wars Episode III : La Revanche des Sith (2005)

Star Wars Episode III La Revanche des Sith

Difficile d’être objectif quand il s’agit de parler d’un de mes films préférés. Comme beaucoup, j’ai découvert Star Wars Episode III : La Revanche des Sith pendant mon adolescence, c’est celui qui m’a relancé dans l’univers Star Wars et, depuis, il ne m’a plus quitté. Plus de dix visionnages après le premier, j’ai profité du réveillon de Noël pour m’en offrir un nouveau, sans la moindre lassitude, et toujours avec le même plaisir, pour cette fantastique conclusion à une prélogie généralement boudée.


Fiche du film

Affiche de Star Wars Episode III : La Revanche des Sith (2005)
Affiche de Star Wars Episode III : La Revanche des Sith (2005)
  • Genre : Action, Aventure, Fantastique, Science-Fiction
  • Réalisateur : George Lucas
  • Année de sortie : 2005
  • Casting : Hayden Christensen, Ewan McGregor, Natalie Portman, Ian McDiarmid, Christopher Lee, Samuel L. Jackson
  • Synopsis : Une guerre intergalactique se déchaîne entre la République des Jedis et les armées du général Grievous, avec en trame de fond un complot des Siths. (senscritique.com)

Critique et Analyse

Hayden Christensen et Ewan McGregor dans Star Wars Episode III : La Revanche des Sith (2005)
Hayden Christensen et Ewan McGregor dans Star Wars Episode III : La Revanche des Sith (2005)

Ce troisième épisode devait terminer le cycle initié avec La Menace Fantôme, et introduire les éléments qui constitueront Un Nouvel Espoir et la trilogie originale. Une mission aux enjeux énormes qui s’avérait périlleuse et nous menant sur un chemin plein d’embûches. Dans L’Attaque des Clones, nous avions laissé la galaxie dans un état de guerre naissant, et un Anakin en proie à ses émotions, entre la déchirure causée par la perte de sa mère et son amour pour Padmé. Ces éléments, centraux au développement du personnage et n’auront de cesse de peser sur la narration de cet épisode. Le personnage d’Anakin, encore jeune et incertain dans L’Attaque des Clones, a ici gagné en maturité, mais si c’étaient ses propres émotions qui lui jouaient des tours dans l’épisode précédent, ce sont cette fois nombre de facteurs externes qui vont influencer ses décisions et le mener vers sa destinée funeste.

Connaissant généralement la suite des péripéties de la saga, le spectateur n’a de cesse d’imaginer le scénario alternatif à celui de la Revanche des Sith, à se demander comment l’histoire se serait poursuite si, à certains moments, des décisions inverses avaient été prises. Si Anakin avait pu apporter son aide à Mace Windu pour arrêter Palpatine ? S’il avait été à la place d’Obi-Wan sur Utapau ? Fatalement, on est persuadés qu’une issue heureuse s’y serait trouvée, mais au vu de la complexité de la situation, peut-on en être aussi sûr ? Tout n’a jamais semblé aussi clair par rapport au dénouement qui nous attend et, pourtant, nous sommes dans un flou angoissant où les manipulations n’ont de cesse d’empoisonner l’esprit du héros. Ce même héros qui sera la clé d’un final dantesque qui se déroulera dans un flot de sang et de lave.

Star Wars Episode III : La Revanche des Sith (2005)
Star Wars Episode III : La Revanche des Sith (2005)

Car La Revanche des Sith décide définitivement de s’affirmer et d’être l’épisode de la maturité de cette prélogie. Quand les deux épisodes précédents exploraient des pistes sans jamais vraiment aller au bout, cet épisode III vient dévoiler toutes les pièces de l’échiquier et parachever ce qui est, probablement, l’opus le plus introspectif de la saga. Si, bien sûr, le visuel et la musique sublime de John Williams viennent offrir des moments absolument épiques dans ce film qui offre un spectacle rare et totalement dantesque, il se charge également de définitivement construire le mythe le plus célèbre de Star Wars : Dark Vador. Celui dont l’ombre planait sur cette prélogie montre enfin son visage. C’est dans un environnement à la fois originel et infernal que l’un des méchants les plus célèbres du cinéma naît définitivement. L’homme torturé, promis à la lumière, finit par définitivement basculer dans l’obscurité, à l’image de ce masque qui vient recouvrir un visage irrémédiablement meurtri, et où la machine vient supplanter l’humain, qui n’avait plus de raison de vivre.

Grandiose et spectaculaire, La Revanche des Sith vient conclure avec une maîtrise rare une prélogie qui hésitait, en s’affirmant enfin, et en venant apporter les bases de la trilogie originale, en sacralisant définitivement le personnage tourmenté de Dark Vador, à la fois autoritaire et inflexible, mais aussi esclave de ses propres tourments et du joug l’Empereur. En torturant Anakin face à l’influence de ses pairs, de ses proches et de Palpatine, George Lucas fait de La Revanche des Sith le film crépusculaire et apocalyptique qui était attendu, permettant de fermer un pan de l’histoire de Star Wars, et en ouvrir un nouveau, pour encore mieux construire la légende.

Critique réalisée dans le cadre d’un article commun avec notamment Monsieur Popcorn et Le Cinéma avec un grand A : Lien vers l’article


Note et avis

 

5/5

Impossible de chercher le moindre défaut à un film qui m’a durablement marqué et définitivement lancé dans la frénésie Star Wars. A la fois mon opus préféré de la saga et un de mes films préférés, il fera partie de ceux dont je ne me lasserai jamais et dont je m’amuserai à répéter les répliques à chaque fois, avant les personnages, et qui me donneront toujours des frissons devant ce spectacle saisissant.


Bande-annonce de Star Wars Episode III : La Revanche des Sith

Laisser un commentaire