Ghost Dog, la voie du samouraï (Jim Jarmusch, 1999) ★★★½ – Critique & Analyse

« La Voie du Samouraï se trouve dans la mort. Il faut méditer chaque jour sur la mort inévitable. » Ange des rues, fantôme de la nuit, le samouraï des temps modernes erre en silence, méditant sur le monde qui l’entoure, cherchant à élever sa conscience. Un fantôme, qui peut mordre lorsqu’il se sent en danger, comme le chien menacé. C’est la voie du samouraï qu’a choisi d’emprunter le Ghost Dog.


Fiche du film

Affiche de Ghost Dog, la voie du samouraï (1999)
Affiche de Ghost Dog, la voie du samouraï (1999)
  • Genre : Drame, Policier, Thriller
  • Réalisateur : Jim Jarmusch
  • Année de sortie : 1999
  • Distribution : Forest Whitaker, John Tormey, Henry Silva
  • Synopsis : C’est au milieu des oiseaux, dans une cabane perchée sur le toit d’un immeuble abandonne, que Ghost Dog etudie un ancien texte samouraï. Ghost Dog est un tueur professionnel qui se fond dans la nuit et se glisse dans la ville. Quand son code moral est trahi par le dysfonctionnement d’une famille mafieuse qui l’emploie de temps a autre, il réagit strictement selon le code samouraï. (SensCritique)

Critique et Analyse

Forest Whitaker dans Ghost Dog, la voie du samouraï (1999)
Forest Whitaker dans Ghost Dog, la voie du samouraï (1999)

« Parmi les maximes au mur du seigneur Naoshige se trouvait celle-ci : « les questions importantes doivent être traitées légèrement ». Maître Ittei commenta : « Celles sans importance doivent être traitées sérieusement. » On connaît Jim Jarmusch pour sa singulière capacité à filmer et à raconter le quotidien, l’authentique, à raconter des histoires simples voire banales, qui peuvent nous parler à toutes et tous. L’image de ce samouraï des temps modernes a alors, forcément, quelque chose d’intrigant. Devenu tueur à gages après avoir été sauvé par un gangster auquel il a prêté allégeance, « Ghost Dog » est un homme solitaire qui met autant un point d’honneur à respecter ses principes qu’à s’organiser dans ses missions. Depuis les toits, ou arpentant les rues de la ville, parlant avec son ami glacier sans que les deux hommes soient capables de se comprendre mutuellement à cause de la barrière de la langue, ou tentant de faire découvrir la littérature japonaise à une petite fille, Ghost Dog est l’incarnation d’un quotidien simple et bienveillant, allant à l’essentiel. Simple dans sa manière d’être comme dans la vie, Ghost Dog opère un véritable retour aux sources dans la manière d’aborder la vie.

« Simple dans sa manière d’être comme dans la vie, Ghost Dog opère un véritable retour aux sources dans la manière d’aborder la vie. »

« Si on devait définir en un mot la condition du samouraï, sa base tient dans une dévotion sérieuse, corps et âme, à son maître. Ne pas oublier son maître est la chose fondamentale pour un vassal. » Depuis sa mésaventure, Ghost Dog a appris à survivre, et nourrit sa conscience avec des principes ancestraux issus de préceptes samouraï, lus dans le Hagakure, recueil condensant une grande partie du bushido, le code du samouraï. Sur fond de musique hip-hop, spécialement composée par RZA, Jim Jarmusch n’a ici de cesse de faire le grand écart entre des éléments qu’il semble impossible d’associer. Et c’est d’ailleurs, tout le but du cinéaste. La multiplication des contrastes permet de mettre en relief un personnage pourtant discret et en retrait. En effet, Ghost Dog est tout sauf un tueur à gages sanguinaire, implacable et froid. Il est, plutôt, comme une sorte d’esprit ancien qui erre et qui frappe lorsqu’il faut agir.

Forest Whitaker dans Ghost Dog, la voie du samouraï (1999)
Forest Whitaker dans Ghost Dog, la voie du samouraï (1999)

« Voir le monde comme un rêve est un bon point de vue. Quand on fait un cauchemar, on se réveille et on se dit que ce n’était qu’un rêve. Il est dit que le monde où nous vivons n’en diffère en rien. » Dans Ghost Dog, Jarmusch, en plus d’ouvertement citer Le Samouraï de Melville, oppose la rigueur et la lucidité des principes samouraï à la superficialité et à la cupidité de la société moderne. Le héros lit toujours pour s’instruire, il cherche à étudier cette philosophie et à l’appliquer, pendant que ceux qui font appel à lui passent leur temps à boire, à jouer aux cartes et à regarder des dessins animés. Et si le décalage parait amusant, avec cet étrange personnage s’entraînant au sabre sur fond de musique hip-hop, il vient surtout nous rappeler certains principes fondamentaux de l’existence, que nous avons nous-même peut-être oubliés.

« On dit que ce qu’on appelle l’esprit d’une époque est une chose à laquelle on ne peut revenir. Si cet esprit se dissipe, c’est que le monde approche de sa fin. Même si l’on veut revenir à l’esprit d’il y a 100 ans, cela ne se peut. Aussi, il faut tirer le meilleur parti de chaque génération. » Ghost Dog, c’est un apprentissage permanent dans la solitude, une philosophie, une spiritualité qui suit des siècles de tradition, dans un monde radicalement différent, ancrant des principes fondamentaux dans une société qui les a oubliés, et en extraire des instants de poésie.


Note et avis

3.5/5

Jarmusch propose de revenir aux fondamentaux avec Ghost Dog, beau récit d’un retour aux sources dans un monde qui s’en est détaché.


Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :