Convoi de femmes (William A. Wellman, 1951) – Critique & Analyse

Il est vrai que le western est un genre qui a surtout fait la part belle aux personnages masculins, décrivant des mondes d’hommes, où les femmes ont certes leur place, mais où elles sont rarement au premier plan. Aujourd’hui, déclinons le western au féminin avec Convoi de femmes.


Fiche du film

Affiche de de Convoi de femmes (1951)
Affiche de de Convoi de femmes (1951)
  • Genre : Western
  • Réalisateur(s) : William A. Wellman
  • Distribution : Robert Taylor, Denise Darcel, Hope Emerson
  • Année de sortie : 1951
  • Synopsis : En 1850, dans l’Ouest américain, le grand propriétaire terrien Roy Whitman recherche des femmes pour travailler dans son exploitation agricole, essentiellement composée d’hommes. Les 150 candidates retenues entament alors la traversée périlleuse des États-Unis. (SensCritique)

Critique et Analyse

Convoi de femmes (1951)
Convoi de femmes (1951)

Dans ces plantations et exploitations établies dans les endroits les plus reculés du continent, ce sont souvent des hommes qui partent les premiers à l’aventure et qui s’installent. Un cadre où les femmes manquent, notamment dans l’exploitation de Roy Whitman, qui élabore le projet fou de faire venir une centaine de femmes sur ses terres, en les faisant traverser des milliers de kilomètres. Au début du film, Wellman crée une sorte d’opposition entre hommes et femmes. Les premiers sont représentés par des aventuriers, souvent sales et débraillés, des hommes de la nature. Les femmes, elles, sont présentées comme citadines et coquettes, avec, certes, de la détermination, mais qui offrent un tableau bien peu rassurant pour le viril Buck Wyatt, qui dirige la mission. Il ne manquera d’ailleurs pas, lors de la présentation de la mission, de préciser qu’un tiers des femmes mourra lors du voyage.

« Convoi de femmes offre la vision de la fondation d’un monde qui n’est pas qu’une affaire d’hommes, mais aussi de femmes, qui ont elles aussi risqué leur vie et affronté maints dangers dans la construction de la nation américaine. »

Un tel voyage est souvent semé d’embûches, soumis à de nombreux risques et dangers, et source de drames. Le spectateur de La Rivière rouge (1948), d’Howard Hawks, ne pourra pas dire le contraire. Il est l’heure de partir à l’aventure, et pour donner quelques repères, certaines protagonistes sont rapidement mises en avant, incarnant des personnalités différentes et représentant la diversité dans ce groupe de pionnières. Il ne faudra pas longtemps pour que les préjugés soient mis à mal, et pour que toutes ces femmes témoignent d’un courage et d’une solidarité indéfectibles. Ce sont même les hommes qui failliront les premiers, tentant de séduire certaines d’entre elles et fuyant le danger. Convoi de femmes offre la vision de la fondation d’un monde qui n’est pas qu’une affaire d’hommes, mais aussi de femmes, qui ont elles aussi risqué leur vie et affronté maints dangers dans la construction de la nation américaine.

Convoi de femmes (1951)
Convoi de femmes (1951)

A l’image du film d’Howard Hawks précédemment cité, et des autres films faisant d’un convoi le principal élément de l’histoire, l’intrigue va se baser sur de nombreux rebondissements pour mettre les personnages et le spectateur à l’épreuve. Catastrophes climatiques, attaques d’indiens, accidents, tout est invoqué pour mettre en danger un équilibre déjà fragile et que le spectateur redoute l’issue de la mission. Il existe une véritable tension tout au long de la première parie du conflit, entre hommes et femmes, illustrant une difficulté toujours plus grande à cohabiter dans un environnement hostile. Mais, quand les femmes prennent les choses en main, de véritables miracles se réalisent, à l’image de la superbe scène où toutes s’associent pour soulever une caravane ayant perdu une roue alors que l’une d’entre elles accouchait dans la caravane.

Convoi de femmes est avant tout une superbe aventure humaine, pleine de tragédies mais aussi d’instants d’humanité et de moments de grâce. Grand cinéaste, William A. Wellman fut aussi l’un des grands noms du western, avec d’autres films également, tels que L’Etrange incident (1943). A défaut d’être connu, Convoi de femmes offre un regard différent et très intéressant sur cette époque. Une œuvre de grande qualité !

Note et avis

En résumé

Dans un monde et un genre souvent très masculins, Convoi de femmes décline la lutte conte l’adversité et la solidarité au féminin, dans un film offrant un périple épuisant et tragique, savamment raconté, filmé et rythmé.

Overall
8/10
8/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :