’71, Yann Demange, 2014 : Le loup dans la bergerie

Belfast, Irlande du Nord, 1971. Nous voici plongés dans une période sombre de l’histoire de l’Irlande, la susnommée « The Troubles » par nos voisins d’outre-Manche.

Dans ’71, nous suivons une journée dans la peau de Gary, un jeune britannique enrôlé dans l’armée. Il pense un jour partir sur le front, dans un pays lointain, et pourtant il va apprendre qu’il va bien aller au front… mais à Belfast. Ne comprenant pas bien ce qui arrive, il va traverser la mer et rejoindre la ville, en proie à de violents conflits ouverts entre mouvements catholiques et protestants. Lors de sa première opération sur le terrain, il va se rendre dans un quartier chaud de Belfast, où les civils s’en prennent directement aux soldats britanniques. Gary va être agressé par certains des habitants du quartier, et va se retrouver isolé de ses camarades, qui battent en retraite. Seul, il va devoir s’en sortir par ses propres moyens, en étant à la fois recherché par ses camarades britanniques, et par l’IRA.

Les choix de réalisation pris sont bons. En effet, l’utilisation régulière de la caméra à l’épaule nous permet de mieux nous plonger dans l’action, et l’ambiance retranscrite est oppressante, à la hauteur de ce que devait être la vie à Belfast à l’époque. On rencontre différents personnages, appartenant à des camps différents, eux-même parfois dissidents au sein de leur propre camp. Trahisons, terrorisme, incompréhension, on passe par tous les stades et on explore toutes les facettes du conflit à travers un tableau assez varié de personnages. Le principal reproche que je ferai au film est son rythme irrégulier, voire lent. Bien sûr, on ne recherche pas ici à revivre un véritable Rambo en plein Belfast (j’avoue, je n’aurais pas été contre !), néanmoins je me permets de mettre un petit bémol sur ce point.

En définitive, on obtient un film intéressant pour ceux ne connaissant pas bien le conflit ni les autres films qui ont été réalisés sur ce sujet.

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :