Cinexpress #226 – Dark Star (1974)

Ce mois-ci, vous risquez de voir du Carpenter un peu partout par ici. En effet, je me suis récemment lancé dans un visionnage frénétique des films de « Big John » pour parcourir l’ensemble de sa filmographie, en mettant naturellement l’accent sur ses divers films que je n’avais pas encore vus. L’occasion, donc, de réaliser une sorte de rétrospective de la filmographie d’un cinéaste à l’univers tout à fait particulier. Et, pour commencer, direction l’espace pour le premier long-métrage de John Carpenter, Dark Star.


Fiche du film

Affiche de Dark Star (1974)
Affiche de Dark Star (1974)
  • Genre : Comédie, Science-fiction
  • Réalisateur : John Carpenter
  • Année de sortie : 1974
  • Casting : Cal Cuniholm, Joe Saunders, Miles Watkins
  • Synopsis : Le Dark Star est un vaisseau spatial dont les membres d’équipage ont pour mission de détruire des planètes lointaines instables dont l’orbite risque de dévier vers leur étoile et déclencher des supernovae. Exerçant cette activité depuis vingt ans, l’équipage a basculé lentement dans l’ennui. Une avarie se produit alors… (senscritique.com)

Critique et Analyse

Dark Star (1974)
Dark Star (1974)

Dark Star, film de fin d’études devenu un authentique long-métrage pour le cinéma, au parcours autant marqué par les opportunités que par les déconvenues, est un vrai OVNI. Certes, l’affubler de l’étiquette d’ « OVNI » alors qu’il s’agit d’un film de science-fiction se déroulant dans l’espace pourrait s’apparenter à une mauvaise blague, mais je vois mal comment on pourrait mieux définir ce qu’il est et ce qu’il représente. Car, bien qu’il soit plus que modeste par les moyens utilisés dans sa réalisation, il est riche en sources d’inspiration et a une vraie place dans l’histoire du cinéma, ou, en tout cas, dans la filmographie de John Carpenter. En effet, celui qui réalisera plus tard de vrais chefs d’oeuvre comme Assaut (1976) ou The Thing (1982) a déjà les idées très claires et ouvre déjà la voie aux futurs piliers de sa filmographie.

« Dark Star se situe dans un intrigant carrefour entre l’héritage et l’hommage à des œuvres passées, et l’avènement de futures œuvres marquantes. »

Tout d’abord, on constate dans Dark Star ce sens inné de la débrouille qui fait le charme de la plupart des films de John Carpenter. Le cinéaste parvient à tirer parti de ces contraintes pour donner du cachet à son film tout en restant fidèle à ses lignes directrices. On y constate également un sens de la dérision particulier, avec un curieux mélange de comique et d’horrifique, le tout dans un huis clos oppressant visant à explorer l’âme humaine et à proposer un discours sur notre civilisation, ce qui fera également partie intégrante de sa filmographie par la suite, notamment dans les Assaut (1976), The Thing (1982), Prince des Ténèbres (1987), L’Antre de la Folie (1995) ou même Ghosts of Mars (2001). Les personnages sont seuls dans ce vaisseau, loin de l’humanité pendant que les habitants de la Terre les considèrent presque comme des dieux. Pourtant, malgré leur proximité, ils semblent avoir rompu tout contact humain naturel et chaleureux. A travers la mise en images de ces éléments, c’est l’élaboration d’un manifeste de ce qui constituera l’ossature de la filmographie de Carpenter, tout en se permettant des clins d’œil et des références à ce qui l’a mené à passer derrière la caméra. Mais, au-delà de cela, Dark Star se situe dans un intrigant carrefour entre l’héritage et l’hommage à des œuvres passées, et l’avènement de futures œuvres marquantes.

Dark Star (1974)
Dark Star (1974)

Car Dark Star est certes une sorte de « film-embryon » de la filmographie de John Carpenter, mais il va notamment inspirer un film de science-fiction majeur des années 70. Si John Carpenter est bien crédité comme réalisateur du film, il a largement été aidé par Dan O’Bannon, notamment co-scénariste du film, et en charge des effets spéciaux, notamment de ce fameux « ballon de plage-alien ». Un personnage qui fait rire à travers son apparence, mais dont il se servira quelques années plus tard pour une autre créature imprévisible dans un film dont il écrira le scénario : Alien : Le huitième passager (1979). Par ailleurs, Dan O’Bannon participera également à la réalisation de certains effets spéciaux (notamment ceux des affichages digitaux) pour le Star Wars de George Lucas. En somme, il est intéressant de voir comment ce film contenant divers hommages (Howard Hawks, Docteur Folamour, 2001 : L’Odyssée de l’Espace, Destination… Lune !…) a pu, en quelque sorte, canaliser l’énergie de tous ces films et la faire rayonner par la suite.

Il va sans dire que Dark Star est une oeuvre tout à fait inégale dans sa qualité et son ton. D’abord réalisé pour durer quarante minutes, il a été rallongé et remanié pour durer une heure et quart. En conséquence, l’intrigue a une certaine propension à être alourdie par des longueurs qui empêchent le scénario d’être exploité avec une intensité suffisante. Naturellement, certains effets spéciaux ont de quoi faire sourire aujourd’hui, mais ils parviennent à exploiter les limites de ce qui se faisait à l’époque, le tout avec des moyens dérisoires. Dan O’Bannon disait de Dark Star qu’il pouvait être « le plus impressionnant des films d’étudiants » et qu’il est devenu « le moins impressionnant des films de professionnels« . Cette petite tirade illustre bien l’écart entre les intentions et le résultat final, mais expose bien tout le potentiel des deux hommes, et, entre autres, de John Carpenter, qui est ici à l’orée d’une carrière riche en œuvres marquantes et en rebondissements.


Note et avis

2.5/5

Dark Star est à la fois un film d’hommages et un film précurseur. Manifeste de ce qui sera le cinéma de John Carpenter, il est certes plein de défauts, mais a une âme tout à fait particulière, et est une vraie curiosité.


Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :