1 jour, 3 films à découvrir #48

Le déconfinement a officiellement commencé, mais les cinémas restent hélas fermés pour le moment. Alors continuons à chercher le cinéma où nous pouvons le trouver et en profiter ! Tous les jours, trois conseils de films à découvrir avec, idéalement, la possibilité de les visionner en VOD ou en ligne grâce aux différentes offres disponibles. 

Affiche de Perfect Blue (1997)
Affiche de Perfect Blue (1997)

Perfect Blue (Satoshi Kon, 1997)

Synopsis : La chanteuse Mima quitte son groupe les Cham pour se lancer dans une carrière d’actrice. Mais ce changement ne plait pas à un de ses fans.

Avec son premier long-métrage, Satoshi Kon propose un thriller vertigineux, où réel et imaginaire s’entrecroisent, où les apparences cachent toujours quelque chose auquel le spectateur n’avait pas pensé. Dans son temps, voire en avance sur ce dernier, Perfect Blue va sans cesse crescendo pour sans cesse nous égarer et, d’une certaine manière, nous fasciner. Le cinéaste en impose d’emblée, et ne laisse personne indemne.

📺 Disponible sur Orange VOD


Affiche d'Il était temps (2013)
Affiche d’Il était temps (2013)

Il était temps (Richard Curtis, 2013)

Synopsis : À l’âge de 21 ans, le père de Tim lui annonce qu’il peut voyager dans le temps et changer ce qui se passe et s’est passé dans sa propre vie.

Ce qui aurait pu être une comédie romantique sans prétention s’avère finalement un film original et intelligent qui fait réfléchir sur la vie, notre destin, notre volonté farouche de l’influencer, d’accepter et de voir le monde avec un regard plus bienveillant. Un film qui ne manque pas de faire couler des larmes tout à fait bienvenues et qui permet de vivre de belles émotions.

📺 Disponible sur Canal VOD, Orange VOD et MyTF1 VOD


Affiche d'Une Page Folle (1926)
Affiche d’Une Page Folle (1926)

Une Page Folle (Teinosuke Kinugasa, 1926)

Synopsis : Au sein d’un hôpital psychiatrique l’incompréhension s’installe entre une femme internée pour avoir noyé son enfant et son mari, et un employé de cet établissement, impuissant et désarmé face à la situation.

Une page folle est un pur moment de cinéma. C’est l’expression d’un langage cinématographique puissant qui s’affranchit de toute narration. Une folie visuelle et sensorielle qui témoigne d’une réelle volonté d’éprouver les possibilités du cinéma, d’expérimenter, de s’aventurer sur des sentiers encore jamais explorés, à l’image de cette époque où le cinéma, encore jeune et fougueux, ne s’imposait pas de limites et cherchait toujours à apprendre. Le spectateur devient acteur, hypnotisé par un déluge visuel multipliant les prouesses et les innovations. Si Teinosuke Kinugasa poursuivit sa carrière en suivant des standards plus classiques, il a, avec Une page folle, ouvert une porte vers l’inconnu, donnant naissance à une oeuvre cinématographique fascinante et captivante qui, fort heureusement, est parvenue jusqu’à nous grâce à un heureux coup du sort. Une expérience sans pareille, qui nous fait toucher à ce qu’il y a de plus brut et essentiel dans le cinéma.

📺 Disponible sur YouTube

Retrouvez la précédente sélection ici !

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :