Affiche de The Big Lebowski (1998)

Affiche de The Big Lebowski (1998)

Here comes the Dude ! Considéré par beaucoup comme étant un film culte, The Big Lebowski avait attiré ma curiosité, me faisant me demander ce qui avait provoqué cet engouement autour de ce film. La réputation des frères Coen n’est plus à faire, pourtant je suis toujours passé à côté de leurs œuvres. Je m’initie donc à leur univers et à la « Dude-mania » avec The Big Lebowski.

Jeff Bridges, Steve Buscemi et John Goodman dans The Big Lebowski (1998)

Jeff Bridges, Steve Buscemi et John Goodman dans The Big Lebowski (1998)

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le phénomène, The Big Lebowski raconte la mésaventure peu commune d’un type commun, Jeffrey Lebowski, chômeur, célibataire, grand amateur de white russians (cocktail à base de vodka et de lait notamment, délicieux en passant), une étiquette de loser étant presque apposée sur chacun de ses T-Shirts sales. Mais celui-ci refuse qu’on l’appelle par son vrai nom, lui, il veut qu’on l’appelle par son surnom, le « Dude ». Suite à une confusion d’identité, des malfrats viennent chez lui et le menacent, jusqu’à uriner sur son tapis, qui avait pour mérite d’ « harmoniser la salle« , un véritable sacrilège donc. Face à la situation, Lebowski comprend vite que ce n’est pas lui qui est visé, mais bien un homonyme millionnaire dont la femme va être kidnappée. Le « riche » Lebowski va alors demander à l’autre de se charger de payer la rançon aux ravisseurs. Cela paraît simple, mais rien ne l’est jamais dans la vie de Jeffrey Lebowski.

Il faut savoir que The Big Lebowski, bien que culte aujourd’hui, n’a pas forcément eu l’impact escompté dès sa sortie. Avec un succès critique et financier honorable bien que modeste, le film des frères Coen, tout juste oscarisés avec Fargo, ne parvient pas à s’imposer au box-office. Son succès ne viendra que par la suite grâce à ses sorties vidéo, permettant de créer un véritable héritage autour du film. Pourquoi ? Quelques pistes permettent de mieux comprendre.

Jeff Bridges dans The Big Lebowski (1998)

Jeff Bridges dans The Big Lebowski (1998)

The Big Lebowski est un film très subversif et une vraie ode à l’épicurisme. A l’heure où tout est rationalisé, les grandes entreprises toujours plus grandes, les grands leaders toujours plus influents et vénérés, le Dude vient imposer son style on ne peut plus opposé à tout ce système. Icône de la fainéantise et de la paresse, mais cool en toutes circonstances, le Dude parvient à être charismatique, même s’il ne sait porter que des shorts et des sandales, et c’est très probablement l’une des clés de son succès. Ses amis ne sont pas non plus de véritables modèles, l’un étant un vétéran du Vietnam devenu un grincheux en puissance, et l’autre étant un pauvre gars timide qui se fait toujours rabrouer par ses compères.

Ce tableau peu enchanteur est pourtant loin d’être vide de sens. Si le déroulement de l’intrigue de The Big Lebowski et l’ambiance générale qui règne autour du film a un côté quelque peu désespéré, il n’est pas pessimiste pour autant. Les frères Coen ont ici utilisé une réalisation haute en couleur qui se présente comme un véritable trip sous ecstasy (j’imagine, vu que je n’ai jamais essayé). L’histoire est rocambolesque, et les personnages tous hauts en couleur et exubérants. En globalité, rien n’est normal dans ce film, et c’est aussi cela qui l’a rendu populaire, puisqu’on se sert ici d’un héros des plus banals pour l’embarquer dans une histoire dingue, voire onirique.

John Goodman dans The Big Lebowski (1998)

John Goodman dans The Big Lebowski (1998)

The Big Lebowski n’hésite pas non plus à être misanthrope et à ridiculiser la société en général : le millionnaire qui se croit tout permis, l’artiste perchée, la guerre, etc. C’est donc un gros pied de nez adressé à une société où tout est devenu très conventionnel et dénaturé. La subversion est omniprésente, que ce soit à travers les crises de colère de Walter, que le fait que le Dude se rende en short et en sandales dans le grand palace de son homonyme. Les personnages sont comme ils sont, et si la société ne veut pas d’eux, ils ne veulent rien de la société non plus.

Au final, le message de The Big Lebowski transmet un certain optimisme, car il montre que, même au fond du trou, notre existence garde un sens et qu’on ne peut nous priver de plaisirs simples qui nous sont chers. Je dois avouer qu’il m’a fait un peu le même effet que Pulp Fiction pendant et après visionnage. Je m’attendais à quelque chose qui allait vraiment me toucher, mais cela n’a pas vraiment été mon cas, même si cela ne m’a pas empêché d’apprécier l’expérience non plus. Je ne suis peut-être pas fait pour ce genre de films après tout, mais comme qui dirait, chacun ses propres sensibilités.

Jeff Bridges, John Goodman et Steve Buscemi dans The Big Lebowski (1998)

Jeff Bridges, John Goodman et Steve Buscemi dans The Big Lebowski (1998)

En définitive, The Big Lebowski s’apprécie surtout avec le recul, ou en étant déjà plongé dans un état second. Cela ne veut bien sûr pas dire qu’il est mauvais, loin de là. Je comprends aujourd’hui mieux sa popularité, sans aucun doute. Grâce à ses personnages mémorables, ses dialogues tranchants, sa réalisation désordonnée et son apparence simple, The Big Lebowski touche un public à la recherche d’autre chose, d’une certaine évasion, qui se ressent tout au long du film. En somme, c’est une réussite pour moi riche en enseignements, qui ne m’a pas transcendé, mais cela n’engage que moi !

Note : 7/10 (une note avant tout objective compte tenu de la qualité du film).