Lors de mon précédent « Journal de Bord », je vous avais exposé divers chiffres qui montraient que le mois de février était celui de tous les records, avec de belles performances. Mais voilà, c’était une joie en demi-teinte, car je constatais que j’avais un site vraiment lent, trop lent.

Car oui, c’est bien d’avoir plein de visites, de voir qu’on est lu, c’est pour ça qu’on crée un site et qu’on écrit des articles, pour partager avec d’autres personnes et d’autres passionnés. Le hic est que, si elles doivent attendre plus de dix secondes avant de voir s’afficher, enfin, quelque chose, elles ne vont pas forcément rester patienter sagement.

Quand on visite un site, c’est un peu comme quand on visite une maison ou qu’on visionne un film, les premières secondes sont déterminantes. Si la personne n’est pas convaincue dès les premiers instants, il y a fort à parier qu’elle finisse par lâcher l’affaire. Et sur Internet, tout va très vite. On est dans l’instantané, quand on clique sur un lien, on veut que tout se déroule sous nos yeux immédiatement. Ce qui était loin d’être le cas ici.

Après un problème généralisé chez mon hébergeur, qui a conduit à une journée assez catastrophique avec des lenteurs impressionnantes, j’ai constaté que mon site était globalement lent, même en temps normal. Je me suis mis à investiguer toujours plus pour comprendre d’où pouvait venir le problème. J’ai amélioré l’offre à laquelle je suis rattaché côté hébergeur, j’ai tenté des optimisations, rien n’y fait… Des fois ça va mieux, mais pas à certains moments, ça ralentit à nouveau, site lent, et je ne vous parle pas de l’interface d’administration. Un calvaire. Plus je cherchais à comprendre, plus je m’orientais vers des éléments techniques, des choses qui ne me sont pas totalement étrangères, mais qui me paraissaient démesurées sur un site pareil, qui n’a pas de besoin d’optimisations de fond qui nécessitent de se plonger au cœur du code du site.

Puis la solution m’est arrivée sous les yeux. Je constatais qu’un certain nombre de latences étaient causées par des fichiers liés à mon thème. Alors, comme j’y pensais déjà depuis longtemps, j’en ai profité pour changer pour un nouveau thème. Plus simple, moins d’options, allant plus à l’essentiel, sans tomber dans quelque chose de trop rudimentaire. Et hop, magie ! Le chargement est nettement plus rapide.

La leçon à tirer de cette petite aventure est donc la suivante : le mieux est souvent l’ennemi du bien. Chercher à ajouter trop d’éléments, souvent superflus, risque fortement de perturber le fonctionnement de votre site et être préjudiciable pour vos visiteurs. Cela peut paraître bête et évident, mais ce n’est qu’en l’expérimentant que l’on comprend vraiment. Le site n’est toujours pas vraiment une machine de guerre, mais il est déjà beaucoup plus raccord avec les standards de l’Internet, comme on dit.

Et si je parlais d’un mois de février record, j’ai la sensation que le mois de mars risque d’être encore plus impressionnant. Mes suivis de la 43ème cérémonie des César et de la 90ème cérémonie des Oscars m’ont permis d’attirer beaucoup de visiteurs curieux de découvrir les résultats. A tel point que le 5 mars a été une journée record, avec 626 pages vues, ce qui est presque autant que mon mois de juillet 2016 entier ! En un peu moins de 6 jours, j’ai fait mieux que mon mois de septembre 2017 entier, donc autant dire que mars s’annonce sous les meilleurs auspices.

Car oui, je continue à parler de chiffres et de records, mais ce n’est pas pour me jeter des fleurs gratuitement, ce n’est pas le genre de la maison. C’est surtout un travail sur la production d’articles, sur le référencement, et sur l’optimisation du site, qui m’a valu beaucoup d’arrachage de cheveux, et des heures à me torturer l’esprit pour faire en sorte que mes articles puissent attirer et que les visiteurs soient contents de leur passage.

Aujourd’hui, je pense être arrivé à franchir une belle étape, le site fonctionne bien, j’arrive à m’en occuper quotidiennement et à être motivé, ce qui est le principal. Les courbes statistiques continuent de monter, alors que je pensais à chaque fois avoir atteint un plafond de verre, ce que je considère être une vraie reconnaissance et un moteur pour continuer à avancer. C’est le signe que des personnes voient un intérêt à ce que je fais, et c’est bien là le principal !

Alors, n’oubliez pas, allez à l’essentiel, ne vous surchargez pas, gardez la pêche, et regardez des films !