10 des plus belles actrices à travers le temps

Et nous revoici repartis pour un petit Top 10 ! J’avouerai d’emblée que l’emploi du terme de « Top » ici est quelque peu abusif. En effet, les critères de beauté étant extrêmement subjectifs, il me paraissait peu approprié de faire un véritable classement des plus belles actrices de tous les temps, car il ne reflèterait que mes propres goûts. De plus, cela ne serait pas très distingué. Considérons ainsi que toutes ces belles femmes sont sur des marches toutes élevées au même niveau, et concourent dans des catégories différentes. Ainsi, ce Top aura surtout pour vocation de lister dix des actrices les plus emblématiques de leur époque, à la beauté immortelle, qui ont façonné les plus belles heures du cinéma, et de revenir brièvement sur leur vie et leur carrière. Cette liste est, bien sûr, non exhaustive, et a été définie dans un souci d’objectivité non négligeable.

1 – Lillian Gish
(1893-1993)

Lillian Gish en 1921
Lillian Gish en 1921

Années d’activité : 1912 – 1987

A l’aube de l’ère du cinéma, les premiers réalisateurs luttaient sans relâche pour être les premiers à développer de nouvelles techniques et à marquer le septième art de leur empreinte. La première décennie du XXe siècle a été riche en évolutions, tandis que la seconde a vu l’explosion du cinéma, et la percée de ses premières stars. Parmi elles, Lillian Gish, alors destinée au théâtre qui, en 1912, va se lancer dans le cinéma, et va rapidement être remarquée par David Wark Griffith, un des pères fondateurs du septième art. Elle va tourner dans pas moins de 20 de ses films au cours des années 1910-1920, dont La naissance d’une nation en 1915, le colossal Intolerance en 1916, Le lys brisé en 1919 et A travers l’orage en 1920. Souvent accompagnée de sa sœur cadette Dorothy, elle apparaîtra également dans des films d’autres réalisateurs emblématiques de l’époque tels que Victor Sjöström et King Vidor. Son ascension dans les années 1910 grâce à l’appui de D.W. Griffith lui permettra de perdurer dans les années 1920, contrairement au réalisateur, et à poursuivre une carrière à la longévité exceptionnelle, jusqu’à son dernier rôle dans Les Baleines du mois d’août, en 1987. Lillian Gish est, incontestablement, l’une des premières grandes stars du septième art, et aura su obtenir un respect sans failles de la part de ses pairs, étant encore aujourd’hui une véritable référence pour toutes les jeunes actrices.

2 – Brigitte Helm
(1906-1996)

Brigitte Helm
Brigitte Helm

Années d’activité : 1927 – 1935

Si la carrière de Brigitte Helm n’est pas réellement un exemple de longévité, elle fut en revanche fulgurante. Alors dactylo dans un studio cinématographique, Brigitte Helm est repérée par Thea Von Harbou, la femme de Fritz Lang à l’époque, qui incite son mari à lui donner le rôle féminin principal dans le chef d’œuvre du réalisateur, Metropolis. Alors seulement âgée de 21 ans, Brigitte Helm est propulsée au rang de star en Allemagne et à l’étranger, grâce à son double rôle alliant la douceur et l’espoir incarnés par Maria, et la femme fatale, lorsque le robot prend sa place. Malgré ce succès international, elle décide de ne tourner qu’en Europe, où elle va poursuivre sa carrière en obtenant le rôle principal dans L’Argent (1928) du réalisateur Michel L’Herbier ou dans l’adaptation de L’Atlantide (1932) de Georg Wilhelm Pabst. Attachée à son pays, l’Allemagne, elle refuse de tourner pour Hollywood, où elle se voit proposer le rôle de la fiancée dans La fiancée de Frankenstein en 1935. Néanmoins, l’ascension du régime nazi en Allemagne fera qu’elle ne pourra plus supporter le climat qui règne dans le pays, et elle décide de partir en Suisse en 1935, où elle vécut de longues années loin des caméras.

3 – Marilyn Monroe
(1926-1962)

Marilyn Monroe
Marilyn Monroe

Années d’activité : 1947 – 1962

Difficile de parler de beautés fatales et marquantes sans parler de Marilyn, véritable sex-symbol intemporel et légendaire. Norma Jeane Mortenson de son vrai nom, vit une enfance compliquée, grandissant au sein de familles d’accueil, ses parents ayant divorcé, et sa mère ne pouvant l’éduquer. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, elle est repérée par des photographes militaires, alors qu’elle travaillait dans une usine œuvrant dans l’entretien des avions de guerre. Elle se lance alors dans le mannequinat, où elle rencontre vite le succès, et rêve de cinéma. Elle signe son premier contrat avec la Fox en 1946 et prend comme nom de scène Marilyn Monroe. Un mythe est né. S’ensuit une carrière fulgurante avec des rôles dans des films comme Eve (1950), Les Hommes préfèrent les blondes (1953), Sept ans de réflexion (1955), jusqu’à Les Désaxés (1960), dernier film qu’elle tourne intégralement, une affiche qu’elle partage avec Clark Gable, pour qui elle vouait un véritable amour paternel, lequel décèdera peu de temps après le tournage. Tout un symbole, comme a été la vie tumultueuse de Marilyn, entre gloire, détresse et scandales. Nul doute que le mythe continuera à perdurer de longues années encore.

4 – Audrey Hepburn
(1929 – 1993)

Audrey Hepburn en 1961
Audrey Hepburn en 1961

Années d’activité : 1948 – 1989

Si l’image de Marilyn continue de perdurer, c’est aussi le cas de celle d’Audrey Hepburn. Elle vécut également une jeunesse compliquée, notamment à cause de la Seconde Guerre Mondiale, qui obligea sa mère à changer le nom de sa fille (Edda Kathleen Ruston), à consonance anglaise, alors qu’elles vivaient aux Pays-Bas, occupés par l’Allemagne, et frappés par la famine. Suite à la guerre, elle décide de poursuivre son rêve de devenir danseuse, mais la malnutrition dont elle a souffert lors de la guerre, et sa grande taille (1,70 m) l’obligent à renoncer. Alors également mannequin, Edda, devenue Audrey Hepburn, un nom de famille porté par des ancêtres de son père, commence sa carrière dans le cinéma en 1948. Ses débuts sont timides, mais elle connaît rapidement le succès, notamment grâce à son rôle dans Vacances romaines (1953), aux côtés de Gregory Peck, qui lui vaut l’Oscar de la meilleure actrice, un Golden Globe et un BAFTA. S’ensuit une décennie couronnée de succès où elle va jouer aux côtés d’Humphrey Bogart dans Sabrina (1954), Fred Astaire dans Drôle de frimousse (1957), Cary Grant dans Charade (1963), sans oublier son rôle phare dans Diamants sur canapé (1961). En 1968, elle divorce avec Mel Ferrer et annonce qu’elle met un terme à sa carrière. Elle jouera tout de même quelques rôles encore, mais refusera les grands rôles qu’on lui proposera, comme Out of Africa. Elle vouera ses dernières années aux causes de l’Unicef, et voyagera dans de nombreux pays pour défendre le droit des enfants, avant de s’éteindre en 1993.

5 – Grace Kelly
(1929 – 1982)

Grace Kelly
Grace Kelly

Années d’activité : 1951 – 1956

Nul doute que sa carrière ne fut pas la plus prolifique de toutes, mais personne n’incarne mieux l’idéal féminin de cette époque. Issue d’une famille de sportifs, elle souhaite devenir comédienne, ce qui n’est pas du goût de ses parents. Elle est repérée par Gary Cooper, qui lui donne l’opportunité de percer au grand écran dans Le train sifflera trois fois (1952), ce qui s’avèrera être un succès. Elle sera également repérée par Alfred Hitchcock, qui la fit jouer dans Le crime était presque parfait (1953), Fenêtre sur cour (1953) et La main au collet (1955), une affiche qu’elle partage avec Cary Grant, un duo incarnant à la perfection le glamour des années 1950. Si sa carrière cinématographique s’achève en 1956, année où elle épouse le Prince Rainier, elle sera auréolée de succès, avec notamment un Oscar et trois Golden Globes. Grace Kelly, une beauté au destin tragique, mais éternelle.

6 – Sharon Stone
(née en 1958)

Sharon Stone
Sharon Stone

Années d’activité : Depuis 1980

Avançons un peu dans le temps. Toute petite déjà, Sharon rêvait de devenir la nouvelle Marilyn Monroe. Pleine d’ambition, elle brille dans ses études et suit des cours d’art dramatique à l’université. Cependant, c’est à travers des concours de beauté et le mannequinat qu’elle va peu à peu se faire reconnaître, et être repérée par des réalisateurs tels que Woody Allen et Claude Lelouch qui font appel à elle pour figurer brièvement dans leurs films. Grâce à cela, elle décroche quelques rôles dans des films de série B et des téléfilms au cours des années 1980, sans cependant parvenir à s’imposer sur le devant de la scène, reléguée au second rang, derrière des actrices comme Glenn Close et Kim Basinger. La chance finit par lui sourire quand, en 1990, elle décroche son premier grand second rôle dans Total Recall de Paul Verhoeven, aux côtés d’Arnold Schwarzenegger. Elle décide ensuite de voir plus grand, et en 1992 Paul Verhoeven, après avoir essuyé de nombreux refus, convainc Sharon Stone de jouer le rôle principal dans Basic Instinct. Grâce à ce rôle, elle fait l’ouverture du Festival de Cannes et devient une star planétaire. Malheureusement pour elle, cette image de tueuse froide va lui coller à la peau et, malgré un autre succès en 1995 avec Casino de Martin Scorsese, elle ne renouera jamais réellement avec le succès et cumulera les rôles dans des films de série B.

7 – Nicole Kidman
(née en 1967)

Nicole Kidman
Nicole Kidman

Années d’activité : Depuis 1983

Après les blondes et les brunes, je demande la rousse. A l’instar des autres actrices mentionnées dans cet article, Nicole se passionne jeune pour la danse classique, puis pour le théâtre, qui sont pour elle des exutoires, sa grande taille la complexant. Elle débute sa carrière cinématographique en Australie en 1983, à l’affiche de Bush Christmas. Un an après s’être mariée avec Tom Cruise, elle obtient sa première nomination aux Golden Globes pour son rôle dans Billy Bathgate (1991). La réussite la boude quelque temps, alors qu’elle ne tourne que dans des films à faible succès. Elle parvient cependant à obtenir la reconnaissance de ses pairs grâce à sa performance dans Prête à tout (1995) de Gus Van Sant, un rôle qui lui vaut un Golden Globe. Elle tourne ensuite dans le dernier film de Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut (1999), une véritable épreuve pour elle et Tom Cruise, le réalisateur étant extrêmement perfectionniste, leur imposant des journées de seize heures, et étalant le tournage sur plus de quatorze mois. Cependant, ces efforts auront été loin d’être vains, et lui permettront d’atteindre le devant de la scène. S’ensuit une période de succès, avec des rôles dans Moulin Rouge ! (2001), l’excellent Les Autres (2001), The Hours (2002), ou encore Retour à Cold Mountain (2003). L’actrice poursuit sa carrière, actuellement balbutiante, ses deux derniers grands succès en date restant A la croisée des mondes : La Boussole d’or (2007) et Australia (2008). Aujourd’hui, elle préfère se concentrer sur sa famille, mais nul doute que nous la reverrons au cinéma.

8 – Natalie Portman
(née en 1981)

Natalie Portman
Natalie Portman

Années d’activité : Depuis 1994

De toutes les actrices ici listées, Natalie Portman est probablement celle qui a connu le succès le plus rapidement. D’origine israélienne, Natalie Portman (Natalie Hershlag de son vrai nom) grandit aux États-Unis, où elle passe beaucoup de temps dans les cinémas, théâtres, opéras ou autres musées, et prend des cours de danse moderne (on commence à avoir l’habitude !). Très rapidement, elle est repérée pour tourner dans des publicités, mais la petite Natalie veut faire du cinéma. De fil en aiguille, elle est retenue pour incarner le second rôle dans l’excellent Léon (1994) de Luc Besson, où elle impressionne par sa précocité, et où elle décide également de prendre le nom de jeune fille de sa grand-mère, Portman. Elle joue ensuite dans Heat (1996), puis dans Tout le monde dit I love you (1997) de Woody Allen et Mars Attacks! (1997) de Tim Burton. Ce succès est loin d’être éphémère, et, en même temps qu’elle suit des études en psychologie à Harvard, elle est choisie pour incarner Padmé Amidala dans la nouvelle trilogie Star Wars, ce qui est probablement son rôle le plus célèbre. Elle poursuit sa carrière dans V pour Vendetta (2006) et Deux soeurs pour un roi (2006) aux côtés de Scarlett Johansson. Elle obtiendra cependant la consécration avec son rôle dans Black Swan (2010), qui lui vaudra entre autres un Oscar et un Golden Globe. On peut dire que la petite Natalie a bien grandi et suit un beau chemin !

9 – Eva Green
(née en 1980)

Eva Green
Eva Green

Années d’activité : Depuis 2003

Eva Green représente parfaitement la femme fatale qu’elle est souvent à l’écran. Née d’une mère française et d’un père suédois, elle fait ses premiers pas dans le théâtre avant de débuter sur le grand écran. Elle obtient son premier grand rôle en 2006, lorsqu’elle rejoint le casting de Casino Royale pour incarner la James Bond Girl fatale Vesper Lynd. Ce rôle lui collera d’ailleurs à la peau et lui ouvrira la porte vers d’autres rôles apparentés, comme dans 300 : La Naissance d’un Empire (2014), où elle joue le rôle d’Artémise, général sanguinaire, puis dans Sin City : J’ai tué pour elle (2014), où elle défraie la chronique en apparaissant très peu vêtue sur l’une des affiches promotionnelles (et dans le film, a fortiori). Elle est actuellement à l’affiche de Penny Dreadful, une très bonne série fantastique où elle endosse le rôle de Vanessa Ives, une voyante spécialiste des sciences occultes de la fin du XIXe siècle, affiche qu’elle partage avec Timothy Dalton (connu pour avoir incarné James Bond à deux reprises) et Josh Hartnett (connu pour son rôle dans Pearl Harbor). Autant dire qu’Eva Green n’a pas fini de faire des ravages, et ce pour notre plus grand plaisir !

10 – Scarlett Johansson
(née en 1984)

Scarlett Johansson
Scarlett Johansson

Années d’activité : Depuis 1994

Si l’on parle de glamour et d’élégance aujourd’hui, nul doute que le nom de Scarlett vous viendra rapidement à l’esprit. Enfin, normalement. Scarlett Johansson, issue d’un père danois et d’une mère polonaise, débute au théâtre, avant d’obtenir son premier rôle en 1994 dans L’Irrésistible North. Elle obtient son premier grand rôle dans L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux (1998), puis rencontre de nouveau le succès dans Lost in Translation (2003) et La jeune fille à la perle (2003). Elle se fait également remarquer dans The Island (2005) et Deux sœurs pour un roi (2006), avant d’intégrer, avec la nouvelle décennie, les grandes superproductions hollywoodiennes. Ainsi, Scarlett endossa pour la première fois le rôle de Black Widow dans Iron Man 2 (2010), puis, plus récemment, tourna dans le controversé Lucy (2014) de Luc Besson, ainsi que (nous sommes d’accord, ce n’est pas une superproduction, mais je voulais le citer) dans l’OVNI Under The Skin (2014). Aujourd’hui, sa carrière est au sommet, et Scarlett est reconnue (à juste titre) comme l’une des femmes les plus belles de la planète.

Ainsi s’achève donc ce petit « Top » qui n’en était pas vraiment un, je dois l’avouer. Cette fois, j’ai souhaité être véritablement objectif, en choisissant des actrices qui, pour moi, incarnaient réellement l’idéal féminin de leur époque, et ont su marquer l’histoire du cinéma. J’ai fait des sacrifices personnels (je pense entre autres à Eva Marie Saint ou Charlize Theron), et je pense également à Michelle Pfeiffer, Lauren Bacall, Kim Basinger, et j’en passe. Mais il est toujours difficile de faire un choix. Et vous, qu’en pensez-vous ? Quelles femmes ont su vous faire fantasmer et vous faire rêver à travers le grand écran ?

Laisser un commentaire